Quel est le niveau de difficulté en Grande Ecole de Commerce ?

Grande Ecole de Commerce

HEC, ESSEC, EDHEC, EM Lyon, Toulouse Business School etc. Autant de noms prestigieux de grandes écoles de commerce qui résonnent dans l’imaginaire populaire français. Plus objectivement, quel est le niveau de difficulté réel de ces écoles/institutions ? Comment rayonnent-elles dans le monde de l’économie, en général, et dans celui de l’entreprise, en particulier ? Décryptage.

Ecole de commerce : une voie de l’excellence mais difficile et exigeante

Quiz-concoursLes écoles de commerce (ou de management) françaises représentent la voie de l’excellence, tant au plan national que international. Si elles jouissent d’un tel prestige, cela est dû, en partie, à la qualité de l’enseignement qu’elles dispensent et aussi au très haut niveau de compétences de ses étudiants. Ainsi, le niveau de difficulté dans une école de commerce, est très élevé. La sélection, drastique, s’opère dès l’entrée de l’école visée. On peut intégrer une école de management dès le niveau post-bac, quoique plus souvent après 2 années d’une classe prépa école de commerce. Certaines écoles exigent même de réussir le fameux test Tage-Mage, pour intégrer leur cursus.
On comprend dès lors que seuls les meilleurs élèves, souvent issus d’un bac général de la filière scientifique (S) ou économique et sociale (ES), peuvent espérer réussir les tests de sélection et être admis dans de telles écoles.

Classes prépa : passage obligé pour intégrer les grandes écoles ?

Même s’il est aujourd’hui possible d’intégrer une Business School dès l’obtention du bac, il est vivement recommandé d’effectuer 2 années d’une prépa école de commerce. Cela s’explique par plusieurs raisons : les classes prépas aux grandes écoles, favorisent une transition entre le lycée où l’élève est très encadré, et l’école de commerce qui nécessite une certaine autonomie et discipline de l’étudiant. Ensuite, effectuer un cycle de classe prépa école de commerce, permet d’avoir plus de possibilités pour choisir son école de management. Le candidat pourra ainsi préparer son concours d’entrée dans une école de management exigeant la validation de la scolarité d’une classe prépa. Enfin, étudier en classe prépa, initie l’étudiant à ce qui l’attend en école de management et de commerce : un travail intensif, un investissement personnel de chaque instant.

Il existe également un intermédiaire à la classe prépa de deux ans : la prépa intensive et de courte durée. C’est l’idéal pour les étudiants ne souhaitant pas subir les désagréments de deux longues années. Cette préparation est beaucoup plus intensive et compacte.

Des écoles qui forment des experts de l’entreprise

Pourquoi un tel degré d’exigence dans les écoles de commerce et de management ? Très simplement parce que les étudiants qui y sont formés, sont appelés à occuper les plus hautes fonctions au sein des grandes entreprises françaises et internationales. On attend ainsi d’un diplômé d’une école de commerce, une véritable expertise du monde économique et de l’entreprise. Pour réussir de grandes études de commerce, l’étudiant doit démontrer une grande polyvalence et un esprit ouvert sur les réalités économiques qui l’entourent. On pourrait même affirmer que l’apprenant a pour devoir de se forger une véritable culture d’entreprise.
Le contenu de la formation d’une école de management s’articule autour de savoirs fondamentaux et spécifiques dans les domaines suivants : gestion, économie, management, finance, markéting, juridique, ressources humaines, informatique. Ces disciplines doivent s’appuyer sur un large socle de culture générale et sur la parfaite maîtrise de plusieurs langues étrangères (anglais obligatoire !). C’est ce degré d’exigence qui est attendu dans une école de management.

En résumé

Après avoir réussi à intégrer une école de commerce, le plus dur reste à faire. De fait, pour espérer être un jour diplômé d’une telle école, il faudra s’astreindre à un lourd travail personnel, tout au long de la formation. Même les plus doués ne peuvent se contenter de se reposer sur leurs acquis.
En contrepartie, être diplômé d’une école de management, c’est s’ouvrir grandes les portes du monde de l’entreprise. Le lauréat pourra ainsi prétendre accéder à des postes clés et d’encadrement au sein d’une entreprise. L’enjeu vaut donc largement les sacrifices concédés par l’étudiant lors de sa scolarité.